Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog
/ / /

La 82nd AB le Jour J

 

Les missions

 

Les 82ème et 101ème divisions aéroportées américaines sont désignées pour être parachutées le Jour J dans les heures précédant l'offensive amphibie, à l'ouest du secteur d'invasion Allié, précisément à l'ouest et au sud-ouest d’Utah Beach, située dans le Cotentin.

 

   003

 « Dans la soirée du 5 juin 1944, ces paras américains de la 82ème vérifient leurs équipements. »

 

Les Allemands ont inondé une grande partie des terres allant du Sud de Valognes jusqu'aux localités de Carentan et d'Isigny-sur-Mer. La plage d’Utah, où doivent débarquer les soldats américains appartenant à la 4ème division d'infanterie, est en fait isolée par un rempart de marécages, est n'est accessible depuis l'intérieur des terres que par quatre routes étroites.

 

La principale mission des parachutistes américains est de capturer ces voies d'accès, appelées "Causeways", dans les premières heures du 6 juin afin de permettre aux troupes débarquées de progresser rapidement vers l'ouest.

 

   004

  « Ces parachutistes de la 82ème se préparent pour l’embarquement dans leur C47 qui les emmènera en Normandie. »

 

   005

  « Le général Eisenhower rend visite à ces parachutistes de la 101e en Angleterre quelques heures avant le grand saut. »

 

 

Les objectifs de la 82ème division sont au nombre de 3 et chacun de ces objectifs est assigné à un régiment :

 - le 505th RIP aura pour mission de s’emparer de Ste Mère Eglise et de Chef du Pont ainsi que du hameau de La Fière situé sur la rivière Merderet à l’ouest de Ste Mère Eglise (les hommes du 505th seront largués sur une zone qui recevra le code de Drop Zone O).

 - le 507th RIP sera largué au dessus d’Amfreville. Sa mission sera d’aider le 505th à tenir le passage de La Fière ainsi que de tenir une ligne défensive Gourbesville-Le Hameau Renouf située au Nord Ouest de Ste Mère Eglise (leur zone de largage recevra le nom de code de Drop Zone T).

 - quant au 508th RIP, il sera largué sur Picauville et aura pour mission de s’emparer des différents ponts enjambant La Douve, à l’ouest de La Fière. Le largage se fera sur une zone baptisée  Drop Zone N.

 

 

   006
 

« Carte des différentes Drop Zone. »  


   007

« Les différentes "Causeways" qui relient Utah Beach à l'intérieur des terres. »


   008

« Embarquement de parachutistes dans un avion Douglas C-47 le 5 juin 1944 au soir. »


          009

              010

011

 

 

012

 « Ces soldats américains de la 82ème Airborne embarquent avec plus de 50 kilos d'équipement à bord de leurs C-47. »  


  013

 « Parachutistes américains à bord d'un avion Douglas C-47. »


  014

« Parachutistes américains à bord d'un avion Douglas C-47 prêt à sauter avec leur équipement. » 

 

L'état-major américain émet des réserves sur les chances de réussite de cette opération aéroportée : les points de chute des parachutistes sont encerclés par de nombreux marécages : la moindre erreur de largage entraînera sans aucun doute des pertes très lourdes. Trafford Leigh-Mallory, commandant en chef des forces aériennes alliées dans le cadre de l'opération Overlord, indique que les prévisions les plus pessimistes de pertes atteignent les 80 % des forces déployées...

 

Décollage des avions

 

Avec près de 40 kilos d'équipement répartis sur le corps, 13 000 parachutistes américains des 82ème et 101ème Airborne embarquent, peut avant minuit le 5 juin 1944, à bord de 1087 avions Douglas C-47. Les appareils prennent ensuite la direction de la Bretagne, survolent la mer à quelques kilomètres au nord des îles Guernesey et Jersey, tandis que des bombardiers Stirling britanniques parachutent dans la zone de Granville (Sud du Cotentin) des milliers de lamelles en papier aluminium, surnommées Windows, renvoyant des échos radars identiques à ceux des avions. Les Allemands voient ainsi sur les écrans radar des milliers d'appareils survolant le Cotentin, alors que le nombre réel d'avions ne dépasse pas les 1500.

 

Pendant la durée du survol du Cotentin (selon un axe nord-ouest - sud-est), les Douglas C-47 sont accueillis par des tirs nourris de la FLAK allemande (défense anti-aérienne) qui sème le désordre parmi les escadrilles d'avions largueurs. Des dizaines d'appareils sont touchés et explosent en vol. D'autres s'écrasent au sol, le plus souvent avant que les parachutistes n'aient eu le temps de sortir. Des pilotes rompent les formations et décident de mettre le voyant vert en marche avant même que les "Drop Zones" ne soient atteintes.

 

015

« Dans les premières heures du 6 juin 1944, les parachutages se poursuivent. »

 

Ainsi, de nombreux parachutistes se retrouvent à plusieurs dizaines de kilomètres de leurs objectifs. D'autres soldats, moins chanceux encore, tombent dans les marécages et s'y noient. Certains parachutistes se sont noyés par moins d'un mètre d'eau, étant extrêmement chargés. John Taylor, parachutiste appartenant à la 82ème Airborne Division, raconte : "ceux qui ont sauté du C-47 avant moi se sont noyés dans un marécage, tout comme ceux qui ont sauté après moi. De mon côté, j'ai atterri sur une fine bande de terre de quelques mètres de large qui traversait les marais".

 

016
 

« Ce parachutiste de la 82ème Airborne s'est noyé par moins d'un mètre d'eau dans les marais. »  

 

Une fois au sol, les paras américains des 82ème et 101ème se mettent immédiatement en route vers leurs objectifs, quand ils parviennent à se repérer. John Taylor a perdu sa boussole pendant le saut, il raconte comment il s'est repéré dans la nuit noire : "Lors des briefings, j'avais repéré que les avions qui nous parachutaient traversaient la péninsule du Cotentin selon un axe nord-ouest - sud-est. Une fois au sol et ma boussole perdue, j'ai observé les trajectoires empruntées par les Douglas C-47, j'ai ainsi repéré le nord et je me suis mis en route vers mon objectif."


Plus de 75 % des parachutistes n'ont pas été parachutés à l'endroit initialement prévu et cette terrible réalité entraîne une désorganisation totale des forces aéroportées américaines qui n'interviennent plus qu'au moyen de poignées d'hommes qui tentent héroïquement d'accomplir leur mission.

 

Ce désordre général entraîne une série d'accrochages imprévus dans tout le sud-est du Cotentin : les Allemands, impressionnés par le nombre d'escarmouches en cours, limitent leurs interventions et sont, eux aussi, désorganisés, leurs unités étant accrochées à divers endroits par une force dont la puissance de feu et l'effectif est encore inconnu.

 

De nombreux planeurs américains Waco, transportant des hommes et du matériel, se posent également dans le sud-est du Cotentin, mais la visibilité et les conditions météorologiques gênent considérablement les opérations : de nombreux planeurs s'écrasent contre des haies ou des maisons Normandes, les pertes sont catastrophiques.

 

  017

« Un planeur s'est écrasé. 8 soldats américains ont été tués au moment du crash. » 

 

  018

« Ce C47 s'est écrasé près de Picauville, abattu par la Flak allemande. Il n'y aura aucun survivant. » 

 

Sainte Mère Eglise

 

Les parachutistes américains ont été éparpillés dans tout le sud-est du Cotentin, et très rares sont les sections qui sont parvenus exactement à l'endroit où elles devaient atterrir. La "Drop Zone" des paras appartenant au 505ème régiment de la 82ème Airborne est encerclée au nord, au sud et à l'ouest par un marécage, et à l'est par Sainte-Mère-Eglise : de nombreux paras atterrissent dans le village et se transforment en cibles mouvantes pour les soldats allemands qui, alertés par un incendie provoqué par l'explosion d'une bombe incendiaire, scrutent le ciel.

 

Une petite dizaine de soldats américains se posent sur la place de l'Eglise et sont abattus par les sentinelles. Le parachutiste John Steele, s'accrochera malgré lui au cloché de l'église, et il y restera durant plus de deux heures, jusqu'à ce que le village soit en grande partie sous contrôle américain : après de courts mais violents combats, la bannière étoilée est installée à la Mairie aux alentours de 4 heures du matin par des hommes appartenant au 505ème régiment parachutiste : la localité de Sainte-Mère-Eglise est enfin libérée, mais les combats n'y sont pas entièrement terminés.


 

  019

 

020

 

021

« 6 juin 1944, les parachutistes de la 82ème patrouillent dans Ste Mère Eglise. »


 

030

« Printemps 1944, en Angleterre. Parmi ces 4 hommes du 505th, on reconnaît John Steele qui, le 6 juin, se posera sur le toit de l’Eglise de Ste Mère Eglise. Les 3 autres hommes atterriront sur la place de l’église et tous les 3 seront tués peu de temps après avoir touchés le sol. »

 

 

Bilan

 

Un dur combat avait été mené par les deux divisions américaines au cours de cette journée. Malgré un nombre extrêmement élevé de pertes (plus de 50% dans la seule nuit du 6 juin 1944), les parachutistes américains des 82ème et 101ème Airborne accomplissent un grand nombre des missions qui leur ont été confiées.

 

Les deux divisions subirent une grande dispersion dans les sauts avec des pertes variées en hommes et en matériels. La dispersion initiale fut aggravée par la nature du terrain (des champs avec des haies épaisses), qui rendit plus difficile le regroupement et la coordination des attaques. Les Allemands, désorganisés par les parachutages aléatoires américains, ne savent plus où donner de la tête et apparaissent également comme totalement désorientés, et ne sont pas capables de contre-attaquer.

 

De plus, les actions de sabotage effectuées par la résistance française renforcent ce phénomène de désordre qui paralyse les forces allemandes dans ce secteur. Les "Causeways" sont globalement sous contrôle américain : le débarquement peut commencer.

 

 Pendant la campagne de Normandie (du 6 juin au 13 juillet 1944), les pertes de la 82ème Division Aéroportée s’élèvent à 1068 hommes morts au combat sur un effectif initial d’environ 6000 hommes.

 

022

 « Photographie actuelle du cimetière américain de Colleville-sur-Mer où reposent 9387 soldats américains ainsi que les tombes de 306 soldats qui n’ont jamais pu être identifiés. »

 

Sources :

www.dday-overlord.com

www.usairborne.be/introduction.htm

 

Partager cette page

Repost 0
Publié par